Allergie aux protéines de lait de vache et intolérance au lactose : quelles sont les différences ?




Quant Achille a été diagnostiqué allergique aux protéines de lait de vache (APLV) en mars 2016, j’ai commencé les recherches sur internet car  je n’en avais jamais entendu parler. Comme beaucoup de monde, j’ai fait l’amalgame entre "Allergie aux protéines de lait de vache" et l’"Intolérance au lactose".  Ma première recherche sur internet fut d’ailleurs sur l’intolérance au lactose avant de comprendre que le diagnostic exact d'Achille était l’allergie.

Et pourtant les deux pathologies sont très différentes. L’intolérance au lactose a la chance d’être plus médiatisée que l’allergie au lait de vache car elle concerne les adultes alors que l’allergie touche en priorité les nourrissons.  De plus l’allergie peut être mortelle alors que l'intolérance ne menace pas la vie de la personne.

Dans cet article je vais essayer de vous expliquer les différences de façon simple et claire.


L’allergie aux protéines de lait de vache :

Comme je le disais, elle n’apparaît quasi exclusivement que chez les nourrissons et disparaît au cours des 3 premières années de vie.
Elle se manifeste par des réactions très violentes, immédiatement ou dans les heures qui suivent l’ingestion de lait de vache. C’est une réaction du système immunitaire  dirigée contre les  protéines qui se trouvent dans le lait.

Il y a deux réactions aux protéines de lait de vache: l’une dite "spontanée", qui est facilement diagnostiquée, et l’autre qui est dite "retardée", qui est beaucoup plus difficile à diagnostiquer et peut être confondue avec un RGO (reflux gastro œsophagien)



Symptômes :  
-       Urticaire
-       Gonflement du visage et des lèvres
-       Difficulté à respirer
-       vomissements
-       diarrhées

Pour les symptômes retardés :
-       otites à répétitions
-       troubles ORL,
-       régurgitations…

Traitement :
-       Éviction total du lait de vache sous toutes ses formes et il est préférable d'élargir aux protéines animales comme le lait de chèvre et de brebis.


L’intolérance au lactose

L’intolérance concerne le plus souvent les adultes mais peut commencer dès la petite enfance. C’est une pathologie à vie qu’il faut apprendre à maitriser.

L'intolérance au lactose est une hypersensibilité liée à un déficit en lactases, ces enzymes qui transforment le lactose en glucose et galactose. Le lactose est le sucre naturellement présent dans le lait d’origine animale. Votre corps peut, de ce fait, ne pas réussir à transformer tout le lactose, ce qui amène à une situation de mal être. De l’intolérance légère à sévère, le degré varie d’un adulte à un autre.

Elle se manifeste par des symptômes sur le long terme qui varient selon la quantité de lait ingéré.


Symptômes :
-       gaz
-       sensations de ballonnement
-       crampes abdominales
-       diarrhées, nausées, vomissements ;
-             - maux de tête, fatigue…

 

Traitement :
-       Éviction partielle du lait de vache. Il faut apprendre  à connaître la quantité que l’on peut ingérer sans problème. Par extension éviction de tous les laits d’origine animale (brebis, chèvre, vache..).


Dans les deux cas le traitement est identique il faut apprendre à ne plus consommer de lait de vache dans sa vie de tous les jours. Les intolérants pourront continuer à en consommer en petites doses mais les allergiques devront le retirer entièrement de leur alimentation. C’est pour cela qu’il faut réadapter sa cuisine et trouver de nouvelles façons de faire. 
 
A travers ce site j’espère vous faire partager mes découvertes de recettes mais aussi mes conseils pour mieux vivre cette allergie.
Dans un prochain article je listerai tous les aliments et produits qui contiennent de la protéine de lait de vache (et ils ne sont pas que de type alimentaire), mais aussi les indispensables à avoir dans sa cuisine pour remplacer le beurre, la crème et le lait.



Aucun commentaire